Droits de l’enfant : réflexion autour de la bientraitance

15 juin 2010 par fso

Blagena Ramoni, Assistante-Doctorante à l’Institut Universitaire Kurt Bösch.

Depuis les années 50, la recherche scientifique a permis de mettre en lumière les effets dévastateurs de la violence à l’encontre des enfants. Dans la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE), les articles 19, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38 et 39 visent à protéger l’enfant contre toutes formes de violences. Des professionnels de différents horizons disciplinaires se sont mobilisés, et la protection de l’enfance est devenue aujourd’hui un véritable enjeu de société.

Comment articuler les notions de bientraitance et de maltraitance? Le concept de «bientraitance» est relativement récent puisqu’il a germé dans les années 90 ; par contre, un tel comportement était déjà bien ancré dans la pratique éducative, même s’il n’en portait pas encore le nom. La bientraitance vise à donner à l’enfant les conditions favorisant son développement physique, moral, spirituel et social. Pour Francesca Flamand, fondatrice de l’Institut de la bientraitance, c’est «le respect de l’enfant mis en acte, c’est donc respecter l’enfant en lui donnant les moyens d’être sujet désirant et acteur de sa vie, en le considérant comme une personne en devenir, un interlocuteur que l’on accueille, auquel on s’adresse et avec lequel on se comporte avec respect psychique, physique et affectif ». Il apparaît fondamental de considérer l’enfant comme acteur social et de le respecter. La réalisation des droits des enfants consisterait à offrir à chaque enfant l’opportunité de s’épanouir, de l’impliquer et lui permettre de participer au quotidien dans les décisions qui le concernent, ainsi que de s’accomplir en fonction de ses capacités et de son âge.

La bientraitance est-elle l’antonyme de la maltraitance ? A y regarder de plus près, on peut affirmer que non. La bientraitance va bien au-delà de la notion de maltraitance; ainsi un enfant qui ne subit pas de maltraitance n’est pas pour autant un enfant bientraité ! Pour reprendre les mots de Patricia Chalon : «La bientraitance, c’est ce petit plus qui fait toute la différence, ce petit détail infime qui fait de l’autre, quel qu’il soit, un individu respectable dont les besoins et les désirs sont entendus et pris en compte.» Ainsi, entre les deux extrémités d’un continuum se trouve toute une gamme d’attitudes.

Cette notion permet de véritablement stimuler la réflexion dans l’éducation en général. Mais comment faire pour être bientraitant envers ses enfants ? Vous serez un peu déçus de découvrir qu’il n’y a pas de mode d’emploi ou de recette miracle à appliquer, mais plutôt de multiples pistes de réflexion. Pour commencer, il s’agirait de placer le bien-être et la santé des enfants au centre des priorités humaines. Les connaissances scientifiques ont permis de démontrer que l’enfant avait non seulement des besoins physiologiques, mais également des besoins affectifs, cognitifs, sociaux et de valeurs. Ces besoins sont fondamentaux dans son développement et évoluent en fonction de l’âge. Ainsi, une réponse bientraitante devrait tenir compte du développement de l’enfant, de ses besoins fondamentaux et s’adapter au rythme de l’enfant. La bientraitance permet d’augmenter l’autonomie et les ressources de l’enfant pour lui permettre de faire face aux événements de vie. Ces considérations rendent le défi d’être parent aussi passionnant que complexe. Attention à ne pas détourner ces propos pour en faire un usage malveillant envers les parents. Bien au contraire, les parents doivent bénéficier d’un soutien « bientraitant » de la communauté pour leur permettre d’exercer au mieux leur rôle parental.

Pour conclure, la bientraitance n’est pas seulement une affaire familiale, elle passe aussi par l’école, la communauté, la société et la culture. Nous sommes donc tous directement concernés par la bientraitance !

1 résponse pour “Droits de l’enfant : réflexion autour de la bientraitance”

  1. Fondation Sarah Oberson La pauvreté en Suisse : une affaire d’enfants « S.E.F.C.A Puteaux 2 touche pas a mon enfant dit:

    [...] Droits de l’enfant : réflexion autour de la bientraitance 15 juin 2010 par fso [...]

Laisser une réponse