Cinq ans après : un point global sur la violence à l’encontre des enfants

16 juillet 2012 par fso

La Fondation Sarah Oberson, depuis sa création il y a 14 ans, oeuvre pour l’enfance en souffrance. Elle a ainsi jugé important de mettre en ligne les conclusions du Rapport du Comité consultatif des ONG sur la situation des enfants,  5 ans après la publication de l’Etude du Secrétaire général des Nations unies sur la violence à l’encontre des enfants. Disponible depuis peu en français. «Cinq ans après que l’Etude de l’ONU a été présentée à l’Assemblée générale, ce rapport résume des recherches significatives faites par des chercheurs universitaires, des agences de l’ONU et des organisations non gouvernementales, en incorporant parfois des entretiens avec les enfants eux-mêmes.»

Conclusion du Comité consultatif des ONG

Ce rapport donne seulement un aperçu de l’étendue de la violence que les enfants subissent quotidiennement. Les données décrites ici, et particulièrement les témoignages d’enfants, montrent clairement que la violence à l’encontre des enfants reste un fléau mondial qui doit d’être l’objet de mesures urgentes. De plus, les mesures d’austérité prises en réponse aux difficultés économiques mondiales peuvent conduire à ce que la priorité soit moins donnée aux enfants, qu’il y ait moins de dépenses sociales, et moins de protections efficaces contre la violence. Mondialement, la prise de conscience des niveaux et des conséquences de la violence sur la vie et le développement des enfants est insuffisante. Certaines formes de violence restent socialement acceptables, alors qu’il existe un consensus, basé sur les droits de l’Homme, qui condamne ce type de violence. Le statut inférieur des enfants dans la société continue de les rendre extrêmement vulnérables à de nombreuses formes de violence, et ils ont rarement recours à des remèdes efficaces ou à des réparations. Peu d’auteurs de crimes ont à répondre de leurs actes.

Comme nous l’avons mis en avant dans ce rapport, des progrès ont été accomplis dans certains domaines. Ces progrès ont été néanmoins particulièrement lents et nous sommes loin de tenir les objectifs et les engagements pris par les Etats lors de la présentation de l’Etude de l’ONU à l’AG en 2006. De nombreuses réunions et conférences ont eu lieu dans le monde, des nouvelles études ont été publiées, de nouvelles lois et même une nouvelle convention adoptées. Néanmoins, des millions d’enfants font encore face à la violence de manière régulière, que ce soit à la maison, à l’école, dans leur communauté, sur leur lieu de travail, dans des institutions ou lorsqu’ils sont en conflit avec la loi, et de nombreux enfants le paient de leurs vies.

Le Comité consultatif des ONG pour le suivi de l’Etude sur la violence à l’encontre des enfants s’engage à continuer de travailler avec le RSSG et d’autres procédures et organisations de l’ONU pour éliminer toutes les formes de violence à l’encontre des enfants. Pour ce faire, nous souhaitons que les Etats et les autres acteurs renouvellent leurs engagements.

Nous réitérons pour cela que des mesures urgentes sont nécessaires, tout comme un suivi des recommandations de l’Etude de l’ONU. Nous demandons aux Etats qui ne l’ont pas encore fait de développer des stratégies nationales pour s’attaquer à la violence à l’encontre des enfants, avec des ressources adéquates et un point focal de haut niveau, et de s’assurer de leur mise en œuvre. Nous demandons à tous les Etats 63 de renforcer leurs efforts dans les autres domaines passés en revue par les recommandations de l’Etude de l’ONU. Ceci inclut une meilleure collecte des données pour mesurer efficacement les effets des actions visant à mettre fin à la violence à l’encontre des enfants, des campagnes publiques d’éducation, des mesures de prévention, de renforcement de capacités, de rétablissement et de réintégration sociale plus efficaces, de meilleurs systèmes de notification et de meilleurs mécanismes de responsabilisation, ainsi qu’un travail actif avec les enfants qui s’impliquent dans la conception de stratégies visant à mettre fin à la violence qu’ils subissent.

Pour maintenir cette dynamique, nous plaidons pour que le mandat du RSSG sur la Violence à l’encontre des enfants soit renouvelé en 2012. Il est impératif de maintenir un plaidoyer mondial de haut rang en faveur des recommandations de l’Etude de l’ONU. Les Etats devraient s’assurer que les ressources pour le bon fonctionnement de ce mandat soient suffisantes en le finançant par le budget de base de l’ONU, comme c’est le cas pour le RSSG sur les enfants et les conflits armés.

Aucune violence à l’encontre des enfants ne peut se justifier ; toute violence à l’encontre des enfants peut être prévenue.

Laisser une réponse