Les traitements psychothérapeutiques des enfants placés ou privés de liberté en Suisse: entre mythes, rêves et réalités

4 février 2013 par fso

Forum de l’Association Fonds-Veillard Cybulski, le jeudi 7 février 2013 dès 13h à la Haute Ecole de Travail Social et de la santé EESP de Lausanne.  Il sera en particulier examiné comment le monde médical et le monde judiciaire peuvent travailler ensemble, en essayant de mettre en évidence que cette collaboration a évidemment un grand intérêt: prendre des décisions cohérentes dans le meilleur intérêt de l’enfant!

Par Xavier Lavanchy, Association Fonds Veillard-Cybulski

En 2010, 234 enfants ont purgé une peine privative de liberté en Suisse. Plusieurs dizaines d’autres ont été astreints par une décision pénale à une mesure de placement en établissement ouvert et fermé.

Le monde socio-éducatif constate régulièrement qu’une partie de ces enfants montrent des signes de désarroi émotionnel intense ou que d’autres adoptent parfois des comportements irrationnels. Ces professionnels se considèrent souvent comme désarmés. Ils invoquent alors des problèmes de type psychique et espèrent une réponse du monde de la santé. Mythe ou réalité? Aveu d’échec ou solution magique rêvée?

Du côté médical et plus particulièrement psychiatrique, les avis paraissent partagés. Certains considèrent déjà que la commission d’une infraction reflète un trouble du comportement, alors que d’autres plus mesurés hésitent à poser un diagnostic psychiatrique sur ces mineurs auteurs. Mythe ou réalité? Un placement en milieu fermé ou en privation de liberté ne constitue-t-il pas en lui-même le principal facteur déclenchant d’un trouble du comportement? Une prise en charge thérapeutique adaptée représente-t-elle la réponse à toutes les situations? Quête sans réponse?

Ces deux points de vue très schématiquement et rapidement exposés démontrent bien toutefois que le soutien socio-éducatif et les soins psychothérapeutiques sont vraisemblablement les deux facettes d’un même et réel souci: comment soutenir un enfant en souffrance dont les comportements manifestés à l’adolescence compromettent gravement l’avenir?

C’est ce dont débattront une belle brochette d’experts (juges des mineurs, psychiatres, experts dans le domaine éducatif ou pénitentiaire, politiques, représentants d’ONG etc.) lors du Forum 2013 de l’Association Fonds Veillard-Cybulski, en mettant un focus particulier sur les enfants placés en milieu fermé ou privés de liberté. Il sera en particulier examiné comment le monde médical et le monde judiciaire peuvent travailler ensemble, en essayant de mettre en évidence que cette collaboration a évidemment un grand intérêt: prendre des décisions cohérentes dans le meilleur intérêt de l’enfant!

Cet article a été publié le 22.01.13 sur le site de l’Institut international des Droits de l’Enfant (IDE).

Laisser une réponse