L’expression artistique chez les enfants en bas âge

14 mai 2013 par fso

L’importance du droit au repos et aux loisirs dans la vie d’un enfant, et surtout celui en bas âge, est souvent proportionnel au manque d’attention dont il souffre. Le prendre comme un passe-temps, un luxe ou un simple moment d’amusement viendrait à faire preuve de mépris et d’ignorance, comme si cela n’était pas tout autant fondamental que manger ou dormir. C’est peut-être parce que nous, les adultes, n’avons pas encore compris le lien entre l’art et l’identité, l’art et le soi profond, l’art et la transformation de soi et l’art de regarder le monde sous en angle ludique et paisible.

Par Andressa Curry Messer, Institut international des Droits de l’Enfant (IDE), paru le 30.04.13

Les enfants n’ont pas tous les mêmes capacités physiques, émotionnelles, sociales et  intellectuelles. Ils ne sont pas non plus issus de la même zone géographique et ne partagent pas les mêmes situations sociales, culturelles, linguistiques et économiques. Néanmoins, ils ont tous le même besoin profond de s’exprimer, de libérer leurs émotions et de se faire comprendre.

Pour les plus petits qui ne savent pas encore mettre de mots sur leurs besoins et leurs émotions, l’art est une excellente manière de s’évader et de communiquer. La sculpture, la peinture, le collage, le dessin, le découpage, le bricolage, la dance, le chant sont quelques moyens de liberté d’expression, de créativité et de détente pour les enfants. A travers ses expressions artistiques, l’enfant raconte son histoire, exprime sa joie ou sa colère, sa frustration, sa tristesse ou son bien-être. Par sa capacité créatrice, l’enfant, en plus d’exprimer son imagination, exprime son état d’âme. Il développe aussi sa curiosité, sa capacité d’adaptation, d’apprentissage et de communication. Le développement émotionnel et intellectuel sont donc au rendez vous avec son pouvoir de créer.

On n’oublie pas que lorsque les enfants doivent partager des cours collectifs d’art, cela devient un moment de socialisation entre eux.  Ils découvrent leurs créations, échanges des matériaux et des idées à leur manière, structurent leurs pensées et souvent échangent leurs premières narrations verbales. Sans dire que le résultat de leur art peut-être parfois bluffant, des chefs-d’œuvre !

L’expression artistique de l’enfant n’est pas seulement une « bonne et belle chose » dans la vie de l’enfant, elle est aussi un droit. L’article 31 de la Convention internationale des droits de l’enfant (1989) prévoit expressément le droit de l’enfant « au repos et aux loisirs, de se livrer au jeu et à des activités récréatives propres à son âge et de participer librement à la vie culturelle et artistique ». Un droit à respecter au même niveau que tous les autres droits de l’enfant, auquel l’Etat doit attribuer autant de moyens et d’importance possibles pour les mettre en œuvre, pour les renforcer auprès des crèches, écoles, parents, organes gouvernementaux et société civile.

L’importance de ce droit dans la vie d’un enfant, et surtout celui en bas âge, est souvent proportionnel au manque d’attention dont il souffre. Le prendre comme un passe-temps, un luxe ou un simple moment d’amusement viendrait à faire preuve de mépris et d’ignorance, comme si cela n’était pas tout autant fondamental que manger ou dormir. C’est peut-être parce que nous, les adultes, n’avons pas encore compris le lien entre l’art et l’identité, l’art et le soi profond, l’art et la transformation de soi et l’art de regarder le monde sous en angle ludique et paisible.

Laisser une réponse