Les enfants des Villes suisses, ont-ils des chances égales ?

6 septembre 2016 par fso

«En brossant le portrait d’une enfance non seulement plurielle, mais profondément inégale, cette étude interroge la capacité de la Suisse de garantir à toutes et à tous des chances égales dans la vie.»

Extraits du Rapport de M. Michele Poretti « Enfance urbaine et politiques publiques : Regards croisés d’enfants de différents quartier de la ville de Sion », 2016. L’auteur traite dans ce rapport de thématiques beaucoup plus vastes que le strict aspect de la discrimination.
Photo : Franck Michel, flickr/creative commons

Le rapport de Poretti «présente les résultats d’une recherche participative réalisée avec une centaine d’enfants de 8-10 ans de la ville de Sion» (Ville exemple d’une réalité présente ailleurs). «L’étude (…) a été conduite dans les écoles de trois différents quartiers (centre-ville, banlieues populaires, «beaux quartiers») et (…) a utilisé des méthodes mixtes (p.ex. sorties dans les quartiers, dessins, entretiens, sondage)»(p. XI)

«Si les participant-e-s à cette recherche partagent un certain nombre d’expériences similaires, telle qu’un rythme de vie qui alterne scolarité et loisirs, cette enquête souligne que (…) l’enfance est une expérience éminemment plurielle, qui se décline notamment en fonction des espaces de vie, de la classe socioéconomique et du genre. A maints égards, en effet, la vie des filles et des garçons les mieux loti-e-s des «beaux quartiers» est radicalement différente de celle des enfants défavorisés des quartiers populaires.»(p. XII)

«Là où, pour certains, le quartier se résume au jardin privé, d’autres investissent principalement les espaces de l’école, la rue ou les terrains pour la pratique du sport.»(p. XI)

«Alors que les filles et les garçons les mieux loti-e-s participent généralement à plusieurs activités extrascolaires par semaine et à de nombreuses autres activités en famille, les loisirs des enfants défavorisés se résument souvent aux jeux libres dans le quartier, du moins quand les espaces le permettent.»(p. XI)

«En brossant le portrait d’une enfance non seulement plurielle, mais profondément inégale, cette étude interroge la capacité de la Suisse de garantir à toutes et à tous des chances égales dans la vie.» (p. XII)

La Suisse s’est engagée «à respecter les droits qui sont énoncés dans la (Convention des droits de l’enfant et à les garantir à tout enfant» (art. 2.1). A ce sujet, le Comité des droits de l’enfant, dans les Observations finales de 2015, «recommande à (la Suisse) d’intensifier ses efforts en vue d’éliminer la discrimination à l’égard des enfants»(25).[1]

Selon Poretti, pour émousser ces différences, il faut avant tout les identifier en élargissant les «processus participatifs (…) afin de rendre compte de la pluralité de l’enfance (…et de) mieux comprendre les contextes dans lesquels vivent les enfants…» et intégrer par la suite les connaissances acquises lors d’ateliers participatifs dans les prises de décision politiques qui dépassent «les politiques sectorielles de l’enfance et de la jeunesse pour mettre en œuvre de véritables politiques «transversales», qui établissent notamment des liens étroits entre la situation des enfants et les politiques en matière de loisirs, d’urbanisme, de mobilité, de scolarité, ainsi qu’avec les politiques économiques et sociales au sens large.»(p. XII)


[1] Dans cet énoncé, il souligne surtout les discriminations envers « les enfants migrants, réfugiés et demandeurs d’asile, les enfants handicapés et les enfants sans papiers. », sans pour autant en exclure d’autres (entre cantons (28), entre classes sociales (65), …).

2 résponses pour “Les enfants des Villes suisses, ont-ils des chances égales ?”

  1. santeduweb dit:

    Vraiment , j’adore ce blog

  2. Gillet Guy dit:

    Bonjour !
    J’ai 58 ans, j’habite la Bretagne et je vous donne en lien ci-dessous une
    adresse de site personnel dans lequel j’écris des éditos depuis 2001 pour tenter
    de défendre des valeurs fondamentales et démocratiques aussi, je pense, le tout
    pour susciter le débat sur des sujets de société cruciaux ou sur des convictions. Il est évident que la totalité de mes textes ne vous intéressera pas, ce qui est normal, mais si l’un d’eux peut déjà susciter le débat autour de vous, j’en serais heureux ! Ce n’est que mon petit point de vue personnel et je me base en fait tout à la fois sur l’actualité du moment et aussi sur mon engagement de Responsable-bénévole depuis des années dans l’humanitaire qui m’a permis de faire des rencontres formidables tout en appréciant le genre humain. Vous pouvez utiliser ces textes librement si vous le souhaitez, d’avance Merci et bon courage à tous, Guy Gillet

    LIEN : http://citoyen3.chez-alice.fr

Laisser une réponse