Des jeunes pris dans les rets de la toile d’araignée

7 mai 2013

Désormais, les jeunes sont plus compétents que leurs aînés. Mais les adultes restent des experts en comportements.

Par Le Nouvelliste, 06.05.13

Comment permettre aux enfants et adolescents d’évoluer dans un monde numérique en connaissance de cause. C’est le thème du débat organisé le 7 mai à 19 h 30 à la HES-SO de Sierre. L’entrée est libre. La soirée est supervisée par la direction des écoles de Sierre et la commission scolaire.

Seront invités d’éminents spécialistes: Sébastien Gendre, responsable du département prévention et formation, Action Innocence (Suisse), Sébastien Fanti, avocat et spécialiste du droit des nouvelles technologies informatiques et internet, Jean-Marie Bornet, chef de la prévention de la police cantonale et Florence Zufferey Seppey, déléguée à la Jeunesse de la ville de Sierre.

Désormais, les jeunes sont plus compétents que leurs aînés. Mais les adultes restent des experts en comportements. Il n’y aurait donc pas de raison de paniquer. Mais il faut agir: 88% des adolescents dévoilent des photos d’eux sur les réseaux. 31% des jeunes sondés ont déjà accepté des personnes inconnues dans leurs contacts. 25% ont été victimes d’insultes et de rumeurs et 30% ont déjà été choqués par ce qu’ils ont vu sur le réseau… Pendant ce temps, seuls 23% des parents limitent la durée de la connexion.

Etape suivante…

Un tour de table permettra de partager les expériences avec le public.

Il permettra aux parents et aux responsables de trouver le mode de fonctionnement qui convient le mieux.

Ils obtiendront également des conseils pour savoir vers qui se tourner en cas de problèmes, que ce soit les autorités scolaires, publiques ou légales.

Il y aura une suite à ce projet. L’étape suivante se fera dès la rentrée scolaire prochaine est elle sera annuellement reconduite. Seront concernés les élèves de sixième primaire, selon un modèle de prévention piloté par Florence Zufferey Seppey.

Cet axe de prévention intégrera la police cantonale, Action innocence et les éducateurs hors murs de l’ASLEC. PASCAL CLAIVAZ

L’éducation basée sur la violence est condamnée

15 décembre 2009

En septembre 2009, le Tribunal du district de Sion juge coupable un père pour avoir abusé de son «droit de correction». Maître socioprofessionnel puis éducateur au sein du centre éducatif de Pramont, cet homme a été condamné à une amende de CHF 400.- ou à une peine privative de liberté de 4 jours. Ceci pour avoir distribué régulièrement des fessées et des gifles à ses trois enfants durant son mariage et à la fille de sa concubine lors d’une relation ultérieure. Dans l’escalade des sanctions, il lui est même arrivé de les plaquer au mur ou de les projeter au sol.

Le tribunal a statué contre le père car il a jugé que ses « agissements (…) correspondaient à un mode d’éducation volontairement choisi par l’accusé » (1). Il a ainsi suivi l’interprétation du Tribunal fédéral du 5 juillet 2003 (2), qui n’interdit pas les châtiments corporels dans la famille au nom du « droit de correction » des parents (implicite au code pénal suisse (CP), art. 14), mais qui n’admet plus un mode d’éducation emprunté à la violence.

Afin d’apprécier l’évolution de l’interprétation sociale et légale du « droit de correction » depuis 2003, il aurait été intéressant de connaître le jugement du Tribunal du district de Sion dans le cas d’un parent qui aurait agi de manière moins violente que celle définie comme limite par le Tribunal fédéral (tirer les oreilles régulièrement à un enfant, en sus de l’administration de gifles).
Toutefois, il semble désormais acquis que la violence éducative systématique n’est plus admise. Reste qu’il est encore possible pour un parent de frapper son enfant.

Aussi, la plainte envers ce père violent a été déposée par son ex-femme et son ex-concubine pour des événements qui ont eu lieu entre 1997 et 2006. Les enfants, victimes de ces actes, n’auraient pu porter plainte qu’à partir du 1er janvier 2007 – date de la révision du CP – et seulement s’ils auraient été jugés capables de discernement (art. 30 du CP). Avant cette date, seul leur représentant légal – la plupart du temps les parents – aurait pu porter plainte. Etant donné que le « droit de correction » est justement octroyé aux parents, cette situation démontre la vulnérabilité des enfants dans ces cas de figure (3).

Malgré l’évolution positive que ce jugement démontre, une interprétation restrictive du « droit de correction » n’est pas suffisante selon la communauté internationale des droits de l’homme – voir éditorial du 14.09.2009.
Pour garantir la dignité des enfants comme personnes à part entière et pour leur protection, l’interdiction des châtiments corporels et des traitements dégradants est la seule réponse possible.

Clara Balestra, 15.12.09

Informations tirées des articles (1) «Un père reconnu coupable de voies de fait» (Le Nouvelliste, 27.10.2009, p. 22) et «Le jugemement entre en force» (Le Nouvelliste, 01.12.2009, p. 19).

(2) ATF 126 IV 216ss
(3) Protection complémentaire : « la poursuite aura lieu d’office si l’auteur a agi à réitérées reprises (…) contre une personne, notamment un enfant, dont il avait la garde ou sur laquelle il avait le devoir de veiller » (CP art. 126, al. 2(a)).