Système de réponse aux disparitions d'enfants

Le système d'Alerte enlèvement est opérationnel en Suisse depuis le 1er janvier 2010

Système d'alerte enlèvement, FedPol, 01.09.2015

Exposé Cdt. Varone (2011)
CCDJP
(2011)

Critères de déclenchement

Dès février 2011, le système alerte enlèvement emploie aussi des SMS

Inscrivez-vous

La Fondation Sarah Oberson fait partie du réseau de distribution du système d'alerte enlèvement suisse.

Alerte enlèvement
Numéro d'urgence 116 000
Statistiques

La Fondation Sarah Oberson milite pour :

- que les décideurs soient les juges pour le déclenchement sans que des critères trop stricts ne les limitent. Le critère de la mise en danger de l'intégrité physique et psychique de l'enfant doit être prioritaire, en incluant ainsi les enlèvements parentaux et les fugues lorsque nécessaire (éditorial) - Communiqué de presse : Pour une alerte enlèvement améliorée, 25.05.15

- une meilleure connaissance du phénomène de la disparition d'enfants grâce à:

- l'établissement de statistiques nationales de disparitions d'enfants et
- d'études scientifiques analysant cette problématique sous toutes ses facettes
(fugue, enlèvement parental, disparition en circonstances inquiétantes, ...) (éditorial);

- l'introduction en Suisse du numéro d'urgence 116 000 (éditorial);

- l'intégration de la Suisse dans une éventuelle alerte enlèvement européenne (éditorial).

"Il en aura fallu des drames, des interventions parlementaires et des demandes lancinantes de tous les milieux concernés, dont la Fondation Sarah Oberson, pour aboutir enfin à la décision de passer des paroles aux actes dans ce domaine aussi important pour la protection de l'enfance en danger." - Editorial Dr. Bernard Comby, 23.10.2009

1. Alerte enlèvement 

"Le 17.02.2016, Conseil fédéral a décidé que les critères de déclenchement de l'alerte enlèvement en Suisse ne doivent pas être assouplis, en allant ainsi à l'encontre de la tendance européenne. En effet, le 1er février 2016, 19 parlementaires européens, représentants les 6 plus grands groupes politiques, ont présenté une Déclaration Ecrite (DE 7/2016) qui vise «à soutenir le plan fondé sur 5 mesures proposé par AMBER Alert Europe» qui demande entre autres une plus grande flexibilité dans les critères de déclenchement des alertes."
Alerte enlèvement, la Suisse à l'encontre de la tendance européenne
, blog Fondation Sarah Oberson, 22.02.2016

1.1.  Alerte enlèvement et Fondation Sarah Oberson

L'enlèvement parental est une atteinte à l'intégrité de l'enfant, blog Fondation Sarah Oberson, 02.11.2015

Pour une alerte enlèvement améliorée, Communiqué de presse, 25.05.15
"Les premières heures qui suivent un enlèvement sont décisives pour le succès des recherches; d'elles dépendent les probabilités de retrouver la victime saine et sauve. L'actualité française récente l'a encore démontrée avec le cas de la petite Berenyss, où le plan d'alerte enlèvement a été déployé avec succès pour la 14ème fois depuis son instauration en 2006. En Suisse, le dispositif existe depuis 2010 mais n'a encore jamais été mis en œuvre. Engagée depuis plus de 15 ans pour la défense des droits des enfants, la Fondation Sarah Oberson juge trop restrictifs les critères actuels de déclenchement de l'alerte et milite pour leur assouplissement."

1.2. Point presse : face à l'instauration du système d'Alerte enlèvement

- La situation internationale

- La situation suisse

1.3. Autorités suisses

 

En 2013, Missing Children Switzerland a mandaté l'Université de Lausanne pour la recherche «ALERTE ENLEVEMENT : Le plan « Alerte enlèvement » suisse en comparaison internationale. Recherche sur les différents systèmes de plan « Alerte enlèvement » en Suisse et à l'étranger et propositions d'améliorations.

 

2. Numéro d'urgence 116 000

La Fondation Sarah Oberson soutient l'instauration en Suisse du numéro 116 000 en cas de disparition d'enfants


3. Connaître le phénomène de la disparition d'enfants en Suisse

Pour une alerte enlèvement améliorée, Communiqué de presse, 25.05.15
"Autre cheval de bataille de la Fondation Sarah Oberson depuis plusieurs années, la création de statistiques nationales concernant la disparition d'enfants. Dans un récent rapport sur la situation helvétique, le Comité des droits de l'enfant de l'ONU relève qu'aucun système centralisé de collectes de données n'existe en Suisse, en particulier concernant les groupes d'enfants marginalisés ou dans des situations vulnérables. Guillaume Grand espère que les conclusions du Comité porteront leurs fruits: «Il s'agit aujourd'hui d'une réalité méconnue. La création d'un système centralisé suggéré par le Comité nous permettrait d'être mieux à même de quantifier ces disparitions, de les comprendre au travers de recherches scientifiques, ainsi que de planifier les mesures de prévention et les stratégies de réponse adéquates.» Comme le dit régulièrement Jean Zermatten, président de la Fondation Oberson: «Ne croyons pas que les droits de l'enfant soient totalement respectés en Suisse, il y a aussi du travail chez nous.»"

Seulement en Valais, en 2011, la police a dû répondre à 344 disparitions d'enfants, presque un par jour, fort heureusement tous ont été retrouvés sains et saufs. Les ressources humaines, financières et émotionnelles qui ont été mises en œuvre sont considérables.
Malgré l'importance des chiffres :

  • aucune statistique nationale suisse de disparition d'enfants n'existe et 
  • aucune étude n'a été menée pour comprendre et analyser ce phénomène.

En 2013, Missing Children Switzerland a mandaté l'Université de Lausanne pour une recherche sur la faisabilité d'une étude sur les disparitions de mineurs dans le canton de Vaud.


Liens utiles

newsletter

inscription
désinscription